MOBILE

TABLET

Le projet expe Rance est né de notre volonté de faire d’une sortie outdoor une sensibilisation sur l’environnement tout en partageant ensemble la difficulté sur 24 heures de marche, de vélo et de nage.

Nous sommes sur la commune de Collinée aux pieds de la source pour un départ prévu à 11 heures et pour l’instant, 56 km de marche à travers champs, broussailles et chemins, nous séparent de nos vélos.

C’est parti, les premiers pas se font dans un éclat de joie de partager enfin notre première difficulté ensemble. Les sols sont détrempés par les pluies de la veille et Ludo ne tardera pas à en ressentir les effets sur ses pieds. Pour l’instant, la météo est de notre côté même si nous avons eu le droit à une petite averse de bienvenue.

Pour rajouter en difficulté, nous avons opté pour un delta max de 200 m le long de la rivière nous obligeant à suivre le cours d’eau, tantôt dans des champs, tantôt dans des forêts ou même parfois quelques villages comme Caulnes. Sur notre tracé nous ne rencontrons que très peu de personnes, ici en pleine campagne, c’est la faune qui nous accompagne, chevreuil, lièvre, buse et parfois même quelque écureuil surpris par notre discrétion.

C’est afligeant de voir sur notre route le nombre de cartouches de chasse, de cannettes de bière, de mégots de cigarette laissée sur place. Parfois même dans certains endroits reculés, des bidons d’huile, des grillages et des poteaux métalliques cachés au fonds des champs. Triste réalité de notre foutisme sur l’importance de laisser une terre vierge à nos descendances.


Dans notre stratégie de progression, nous effectuons des pauses tous les 10 à 15 km pour nous étirer et nous ravitailler au prêt de nos compagnes qui gèrent la logistique afin de nous permettre d’aller jusqu’au bout. Elles nous attendent avec de l’eau, des fruits, et même des faf bombs au beurre de cacahuètes, un délice qui nous reboostait jusqu’à l’étape suivante.

Il nous reste 10 km avant de retrouver nos vélos et les douleurs commencent à se faire sentir, pour ma part, c’est mon mollet gauche qui me rappelle que je suis vivant, Ludo quant à lui traîne une douleur sous la plante de pied.

Il est minuit, le supplice de la marche est enfin derrière nous, je change de chaussettes et de chaussures avant de me lancer à vive allure dans la descente vers le canal. Ludo est dans ma roue et je l’entends jubiler d’être sur nos vélos. Je partage sa joie de pouvoir avancer plus vite vers notre objectif. D’ailleurs nous avons de l’avance sur le timing ce qui vas nous permettre de dormir un peu avant de nous jeter à l’eau plus tôt.

Les filles sont en stand by à l’écluse des Châtelliers, il est 2h du matin, nous allons nous reposer un peu, car dans 3 h, nous repartons pour la partie nage avant d’atteindre notre arrivée. Je ne suis pas très à l’aise dans l’eau, mais mon binôme me met en confiance et a ces côtés rien ne me fait peur. On marche vers la Rance, combinaisons sur le dos et palmes a la main. Pour l’occasion, nous avons fait des t-shirts EXPE RANCE, il était évident pour nous de les avoir tous le long du parcours. On nage depuis seulement 30 min dans une eau à 11°c et l’effet du froid commence son travail sur notre corps. On finira au mental pour atteindre la plage de la Richardais quelque 100 aines de mètres avant le barrage de La Rance. On aperçoit le 4X4 de L’entreprise et les filles sur la plage prêtent à nous accueillir.

103 kilomètres en 17 heures. Seul, on va vite, ensemble on va plus loin chez MELEZ outdoorlife.